En 1 Clic

  • Agenda
  • Newsletter
  • Accès partenaires
  • Données territoriales

Emissions de Gaz à Effet de Serre

Les émissions de gaz à effet de serre en 2012

Les émissions de gaz à effet de serre (hors branche énergie), en Rhône-Alpes en 2012, s’élèvent à 40,4 millions de tonnes équivalent CO2, en baisse de 6 % par rapport à 1990.

Les émissions de GES d’origine énergétique par habitant sont légèrement supérieures en Rhône-Alpes par rapport à la moyenne française. Un rhônalpin émet en moyenne trois fois moins qu’un Américain du Nord, et 6 fois plus qu’un Africain. En raison de l’importance du parc nucléaire français, les émissions françaises et rhônalpines sont nettement moins importantes que la moyenne européenne.

Les émissions de GES du secteur résidentiel en 2012

Le secteur résidentiel représente 18% des émissions de GES de Rhône-Alpes en 2012 soit 7,5 millions de tonnes équivalent CO2 en recul de 14% par rapport à 2011. Les émissions atteignent leur niveau de 1990.

En 2012, les émissions de GES par habitant sont de 1,31 teqCO2/habitant comme en 1990.
Les émissions sont principalement dues aux énergies fossiles, avec une variabilité par département en fonction du nombre d’habitants.

Les émissions de GES du secteur tertiaire en 2012

Le secteur tertiaire représente une faible part des émissions de gaz à effet de serre en Rhône-Alpes en 2012 (9%). Les émissions sont en forte baisse depuis 2005 (-24%).

Les communes rurales de montagne notamment de Savoie et Haute-Savoie, ont un taux élevé d’émissions par habitant. Ces deux départements ont des besoins de chauffage plus important.


Les émissions de GES du secteur industrie en 2012

L’industrie est le deuxième secteur le plus émetteur, avec 24 % des émissions de GES soit 9,6 millions de tonnes équivalent CO2.

Les émissions sont en forte baisse depuis 1990 (-19%), avec une très forte diminution en lien avec les réductions de consommations entre 2008 et 2009.

L’industrie rhônalpine a su bien maîtriser ses émissions de GES depuis les années 1990, grâce à des efforts d’efficacité énergétique et en modifiant son mix énergétique.

Les émissions d’origine non énergétique (procédés industriels, utilisation de solvants, gestion des
déchets) représentent environ 17 % des émissions de GES du secteur.

Les émissions de GES du secteur transports en 2012

Le secteur des transports, avec 13,7 millions de tonnes équivalent CO2 émises est le plus important contributeur aux émissions de GES rhônalpines, représentant 34% des émissions en 2012.

Les émissions sont en baisse constante depuis 2005 (-9%) même si elle sont encore au dessus de leur niveau de 1990 (+8%)
Les émissions du secteur des transports sont dues (à 99% environ) à la consommation de produits pétroliers. Les émissions de GES baissent plus vite que les consommations du fait de l’introduction progressive d’agrocarburant.

Les émissions de GES du secteur agriculture en 2012

Si l’agriculture consomme très peu d’énergie (1%) en Rhône-Alpes, elle est pourtant un gros contributeur au total des émissions de GES, représentant 15% de celles-ci, soit 5,9 millions de tonnes équivalent CO2. La très grande partie de ses émissions (91%) ne provient pas de la consommation de produits énergétiques, mais est issue de l’élevage et de la culture des sols.

Les émissions de GES ont baissé de 20% entre 1990 et 2012. Les centres urbains sont évidemment de faibles contributeurs, mais certains territoires ruraux sont eux aussi très peu émetteurs: le sud Ardèche, le sud-est de l’Isère. Ce sont les territoires où l’élevage est le moins important.

[Mise à jour - Novembre 2014]